Forêt

Ce groupe s’intéresse d’abord à la forêt en tant que milieu vivant, à sa place dans l’économie humaine (filière bois, impacts et pressions, types d’utilisation, fonctions sociales, artistiques) et à l’articulation avec son fonctionnement écologique (cycles de la matière, biodiversité, stockage du carbone, épuration de l’eau, production de biomasse…).

Il s’intéresse à toutes les échelles, du national (métropole et outre-mer) à l’international.

Au delà des menaces connues au niveau mondial, le groupe met en doute le discours dominant des gouvernants et des professionnels de la forêt sur la soi-disant « gestion durable des forêts » largement invalidé par les plantations, la surexploitation, l’artificialisation et l’apparition d’OGM forestiers. Il recherche des solutions écologistes pour influer sur les modes d’utilisation les institutions en charge, le cadre réglementaire, les aides et la fiscalité.

Pour la métropole et les forêts tempérées, il s’interroge sur les moyens de préserver ses capacités d’évolution biologique (biodiversité, capacité des sols) et au premier chef de sa résilience au changement climatique. Les forêts tempérées étant, pour l’essentiel cultivées et utilisées pour les besoins de la société, il suit de près le développement de la filière-bois et réfléchit aux impacts directs et indirects de cette pression sur la forêt, aux meilleures utilisations du bois, et aux régulations nécessaires. 

Responsable du thème  : René Montagnon

Télécharger les propositions du Groupe Forêt :

– La politique forestière nationale ci-contre : Forêt EELV 2013 (17)

– Note sur l’utilisation du bois-énergie (en commun avec la commission Energie).  NOTE BE 6

2 commentaires pour “Forêt”

  1. Bonjour,
    le contenu de ce rapport me convient.
    Actuellement je suis sensibilisé plus particulièrement à la question de la garderie forestière et des moyens mis en œuvre pour limiter les incivilités commises à l’encontre des plantations. Dans mon cas personnels il s’agit d’une violation de propriété avec dépôts de déchets à l’aide de tracteur et remorque, en toute connaissance de cause. Si je comprends bien, j’ai eu l’obligation de porter plainte pour ne pas être complice, ne bénéficie d’aucune prise en considération par la gendarmerie ni l’ONF, peut nettoyer à mes frais, et replanter des chenes avec la perspective dans 4 ans de les voir subir une récidive… Le maire fait article dans le bulletin municipal… et je doute que cela même si c’est nécessaire, soit suffisant.
    Comment considérez vous ce genre de probleme ?
    Merci pour votre éclairage.
    Cordialement
    Bernard Rivoire

  2. Je possède par héritage en indivision un nombre important de parcelle de petites surfaces en périphérie d’une agglo de 250OOO. Quelques unes sont plantées ( NOYER CHATAÎGNER PIN) , d’autres ont été mises à disposition par convention de pâturage pour chevaux . Il reste un seul exploitant agricole à mi temps dans la commune devenu résidentielle. Certains arbres dépérissent car les bois sont non entretenus et difficilement accessibles (terrains en pente) et personne ne veut les entretenir, ni les abattre pas rentable. La gestion durable de la FÔRET est mieux que l’abandon qui génère des maladies et l’apparition d’espèces dominantes (liers, noisetiers, renouée du japon, buissons) qui vont envahir les terrains abandonnés qui seront inexploitables dans quelques années et ferment le paysage.

Laissez un commentaire

Remonter